RENDEZ-VOUS 12 janvier 2010

C.Wargny dans le Monde diplomatique, un poème de D. Batraville à Haïti / Haïti / Lire les commentaires

à Haïti/C.Wargny dans le Monde diplomatique, un poème de D. Batraville
Dominique Batraville, comédien dans le film Royal Bonbon,écrivain, nous envoie un poème, encore plein de craintes et de tremblements du séisme de l'an dernier... Conférence le 14 janvier à 18h30 sur la reconstruction à Haïti.....

35 secondes entre craintes et tremblements


Ce mardi peu ordinaire et quelque part apocalyptique
me revient comme la vision des incirconcis de la lune
Un si triste mardi soir se rapporte-t-il au calendrier maya?

Craintes et tremblements!

J'entends encore les galops  des  chevaux de la mort
Je revois la  face  dure  de Baron-Lacroix
Je capte les cris des agonisants
Et je croise les regards des Gorgones.

Les quatre fantassins de Saint-Jean
auront-ils  encore besoin  des semences d'aurore
d'un pays aux  matins d'anges bleus?
Contempleront-ils encore nos vitraux
et nos muraux christiques?

Craintes
Et puis, tremblements

Craintes, craintes suite aux effets sismiques

Merci Bondieu.
Merci aux Invisibles.

Encore une rasade  de rhum Barbancourt
pour veiller sur le pays.

Lazare n'est pas mort.
Lazare vient de sortir des entrailles de la terre.
Mourir prisonnier des mastodontes
est aussi violent que le naufrage du Titanic.

Revoir le devant-jour
un mercredi 13
se vit comme le Dimanche des Rameaux
sans les craintes de la veille
et le séisme 7.03, made in Richter!

Faudra-t-il retenir en otage
le merveilleux cheval de Saint-Jacques Majeur?
A qui la faute?
Au centaure de Dessalines
ou est-ce au regard hautain, trop hautain
du Marron reconnu?

Tout comme n'importe quel ange bleu
Je me replonge dans ces deux songes de 35 secondes
Deux annonces du tremblement de terre
dans mon lit de Balthazar des Tropiques

Deux songes pour apporter aux uns
craintes et inspirer  aux autres, tremblements.
Craintes devant la chute d'un Palais

Construit pour des pantins.

Tremblements et lamentations
au passage des camions remplis de cadavres.
Tremblements des enfants sans pain.
Tremblements des veuves pour un gobelet d'eau.
Tremblements des chapeaux de carnaval
Tremblements des temples du Bondieu!

Le carnaval s'annonce pour la semaine des quatre jeudis
Tremblements et gloussements de plaisir

Pour de si jolies tentes...

Tonnerre-foutre
Foutre-tonnerre
en ce sale temps de catastrophes naturelles!

Craintes et tremblements!

Mes nuits se feront d'eau pure
et de pains sans levain
J'aurai la science d'anciens boulangers
pour nourrir ceux et celles que je regarderai droit dans  les yeux
avec encore des  contraintes assez personnelles:

Craintes et tremblements.

Dominique Batraville

 

Une conférence organisée par Enfance et Partage

 

 

et Architectes de l’Urgence

Vendredi 14 janvier 2011 à 18H30  à l’Institution St.Joseph du Havre sur le thème :

  •           Un an après le séisme, la reconstruction d’Haïti   
Par Patrick Coulombel Président d’Architectes de l’Urgence
  •          l’Etat sanitaire en Haïti  par le Docteur Jacques Beurier.

Institution St Joseph : 207 rue Félix Faure 76600 Le havre

12 janvier 2010, la terre tremble en Haïti. Il y a tout juste un an, cette tragédie fait 230 000 morts, 300 000 blessés et 1,2 million de sans-abri. Ce séisme touche de manière brutale l'orphelinat situé dans l'épicentre, soutenu par l'association havraise Enfance et Partage Haute-Normandie. L'équipe de bénévoles, soutenue par 250 adhérents et parrains, œuvre depuis près de trente ans pour ce pays des Caraïbes en aidant un centre nutritionnel et deux orphelinats.

Revenu bouleversé de son voyage d'étude
« Deux personnes ont été écrasées par l'immeuble complètement détruit. Le bilan aurait pu être plus grave. Heureusement, les jeunes étaient en récréation », raconte Jacques Allez, le président-fondateur, attaché à cette terre où il a eu l'occasion de se rendre à de nombreuses reprises. Il y est revenu en juin bouleversé avec l'envie de suivre le mouvement de la reconstruction d'un pays dévasté : « Nous avons vu des images terribles de désolation, des enfants avec des gros ventres et des cheveux roux… »

Ténacité et rigueur
Pas question de laisser tomber cette terre de malchance. Après une période de doutes, Enfance et Partage, qui a reçu en 2010 de nombreuses marques de soutien à hauteur de 18 000 euros (dont 5 500 des Kiwanis de l'Eure), se lance dans une nouvelle aventure : la construction d'un centre nutritionnel et de soins à Fonds parisien, à quelques kilomètres de Port-au-Prince, sur un terrain déjà trouvé.
Il appartient à Frère Casséus, un relais fidèle depuis toujours sur place en Haïti. Sur un site baptisé Joseph-Serge Niot, du nom de l'archevêque mort lors du séisme, le nouvel orphelinat devrait accueillir une trentaine d'enfants. A force de ténacité et de rigueur, l'association a réussi à convaincre la Fondation de France de participer à ce projet de près de 150 000 euros, à hauteur de 80 %.
L'implication d'Architectes de l'Urgence a permis de boucler le dossier. Administrateur délégué en charge de ce projet, Jean-Louis Hénaff reconnaît qu'il « y a une équipe formidable qui a accueilli avec enthousiasme cette ouverture. »Enfance et Partage participera au fonctionnement de cet orphelinat en rémunérant un personnel civil. Et croise les doigts pour que le généreux projet prenne forme dans un an.

Les cinq étudiants sont toujours là


L'université du Havre ou encore la société ARC ont rapidement souhaité agir après le drame survenu en Haïti.
Kenise, James, Jean, André et Pierre ont débarqué au Havre le 15 septembre 2010. Ces cinq étudiants font partie des 231 Haïtiens sélectionnés pour venir étudier en France le temps d'un semestre. Ils étaient 15 000 candidats au départ.
Au lendemain du séisme, l'université du Havre, soutenue par la Ville et la Codah, avait proposé d'accueillir des jeunes gens. « Quand une catastrophe comme celle-là arrive, on se trouve un peu désemparé. Je considère que l'université française a un rôle à jouer pour redonner de l'espoir aux Haïtiens, expliquait alors Camille Galap, président de la fac du Havre et vice-président de la Conférence des présidents d'université. Pour que le pays soit reconstruit, il est important que ses jeunes participent. »

Une conférence vendredi


Finalement, ces cinq néo-Havrais, inscrits dans les filières de génie civil, génie électrique et histoire, resteront plus longtemps au Havre puisqu'ils finiront leur année de master. Avant de reprendre l'avion pour participer à la reconstruction de leur pays.
François-Xavier Guyomard, dont l'épouse est Haïtienne, est le directeur de la société ARC au Havre, spécialisée dans la réparation de conteneurs. Rapidement, il lance un projet baptisé Solid'Haïti. Objectif : réaliser un prototype de maison dans un conteneur, habitat anti-sismique, . Présenté fin avril 2010, il n'a toujours pas été acheminé en Haïti, faute de moyens financiers suffisants. « Nous avons finalisé le transport du conteneur et trouvé des contacts sur place », explique François-Xavier Guyomard.

Pour plus de renseignements, contacter Solid'Haïti par mail à l'adresse suivante : solidahaiti@live.fr

Enfance et Partage organise en partenariat avec l'ONG Architectes de l'Urgence une conférence ce vendredi (à 18 h 30 207 rue Félix-Faure à l'institut Saint-Joseph) sur le thème « Un an après le séisme » et « La reconstruction d'Haïti ».
Le président d'Architectes de l'Urgence Patrick Coulombel sera présent pour évoquer ces sujets, en prenant en exemple le projet de l'association havraise. Celui qui le porte avec motivation Jean-Louis Hénaff reconnaît que « ces professionnels suivent toute la chaîne de la construction, depuis l'impact sur l'urbanisme jusqu'au suivi sur place. » Le docteur havrais Jacques Beurier interviendra également au cours de cette conférence sur le thème « L'état sanitaire en Haïti ».
Contacts : Enfance et Partage au 02.35.46.50.89 ou 02.35.54.15.88

Pa.L. et V. L

 






Cet article vous plaît ? Envoyer un lien vers cette page sur Twitter & Facebook

MCH, Maison de la Culture du Havre